PORTRAIT

PORTRAIT

Portrait

Laure de Sagazan

29.03.17

Adieu meringue, chantilly et autres pièces montées… Chez Laure de Sagazan, la recette de la robe de mariée parfaite est autrement plus raffinée. Pour ses créations épurées un brin vintage et romantique, Laure privilégie avant tout des matières d’exception : dentelle de calais, crêpe de soie, ou encore Organza. Dans son atelier, chaque robe est brodée et tissée avec la minutie des couturières à l’ancienne. Délicates et désirables, elles séduisent les futures mariées en épousant les formes avec naturel. Retour sur le parcours de cette créatrice parisienne qui fait chavirer les cœurs.

@puretrend

Si elle a toujours su qu’elle deviendrait styliste, Laure ne s’imaginait pas un jour à la tête d’une entreprise de près de 40 personnes, et l’une des références incontournables pour les robes de mariage. Tout commence avec la détermination d'une petite fille : elle commence les cours de couture, et s'exerce à réaliser ses tabliers pour l'école et ses chemises de nuit (...et dessine même une première collection de robes de mariée à 10 ans !).

Ses inspirations d’un autre temps, Laure les doit à sa grand-mère et à sa maison en Bretagne : enfant, elle se fascine pour les dentelles et les voiles brodés dénichés au fond des malles du grenier. Avec ses parents, elle chine aux marchés aux puces dans l’espoir de découvrir des trésors rétro à porter.

Persuadée d'avoir trouvé sa voie, elle persévère et s'oriente vers le design de mode, et de fil en aiguille, se dirige vers le prêt-à-porter. Jusqu’à ce que sa cousine Mathilde de Saint Lager, aujourd’hui l’une de ses associés, lui demande d’imaginer sa robe de mariée. C’est en travaillant la dentelle, la crêpe de soie, les broderies et toutes ces matières chères à son cœur et à ses mains d’artiste, que le déclic se fait. Après cette première robe « Honoré », la magie du bouche-à-oreille s’opère rapidement, et les commandes se succèdent.   
Avec l’aide de son ami, désormais mari, Édouard de Fraguier, Laure saute le pas et lance sa propre maison de couture. Doucement mais sûrement, cette petite entreprise se développe, et le succès est fulgurant : de 20 robes par an à près de 2000 aujourd’hui, près de quinze points de vente, des franchises ouvertes en France, en Espagne, en Italie, au Portugal, au Japon, en Belgique, au Royaume-Uni et en Irlande, l’ouverture d’une boutique à New-York l’année dernière, et une nouvelle ligne capsule de bijoux en 2017… Mais c’est pourtant avec humilité que Laure reconnait vouloir ralentir la cadence, tout du moins en France. L’idée étant moins d’habiller toutes les futures mariées de ses jolies robes, que de créer un véritable objet d’amour, à transmettre de génération en génération.
 
Ce qu’on aime avec les créations de Laure, c'est qu'elles peuvent aussi se marier avec des tenues quotidiennes… Et ça nous a donné une idée ! Une belle collaboration et une capsule exclusive avec des pièces imaginées et dessinées par Laure pour Sézane et à découvrir chez Aboudabibazar à Paris dès le 20 avril et en ligne à partir du 26 avril. En attendant le jour J, on pourra nous aussi porter des blouses en dentelle de calais, une jupe en soie, une robe au décolletée dos profond, une combinaison pantalon, un gilet en maille, ou encore des chaussures dignes d’une mariée… 

ÇA VOUS A PLU ?

RETROUVEZ LES AUTRES ARTICLES DU JOURNAL ICI

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici.