PORTRAIT

PORTRAIT

NIK SOUTHERN
FLEURISTE COOL

25.04.16

Hier Nik travaillait dans le recrutement. Aujourd’hui, elle a tout plaqué pour devenir fleuriste, et sa petite affaire cartonne à Londres ! Elle anime des ateliers, fournit les plus grands noms de la mode et nous a raconté sa nouvelle vie de businesswoman / flowers addict.

Tu as quitté ton poste dans le recrutement après 13 ans pour devenir fleuriste, pourquoi ?
J’en avais marre tout simplement ! Vers la fin, je détestais mon boulot.  J’ai toujours adoré la nature et faire du jardinage, alors j’ai suivi une formation pendant un mois et j’ai fini par lancer ma propre boîte, dans mon salon.
 
Tu n’avais pas peur de te retrouver seule ?
Je me souviens, j’ai appelé un copain pour lui dire que je quittais mon job et il m’a dit que j’étais folle… Après ma formation, je n’ai pas tout de suite trouvé du travail chez un fleuriste, je n’avais aucune d’expérience. Je suis retournée dans le milieu du recrutement quelques mois, ce qui m’a encore plus motivée d’en sortir ! J’avais un peu peur mais j’étais tellement passionnée que je me suis donnée à fond, j’avais besoin de changer de vie.

Tu es connue pour tes compositions verdoyantes, qu’est-ce qui t’inspire ?
C’est drôle parce que chez moi, j’ai beaucoup de peintures de maîtres néerlandais et c’est frappant combien mes bouquets ressemblent à ceux des tableaux. Mon style n’est pas du tout uniforme et j’aime beaucoup laisser les fleurs respirer, une pas les mettre les unes sur les autres.
 
Quelles sont tes fleurs préférées ?
J’adore les greenbells (terrariums) mais mélangés avec d’autres fleurs, ça change tout. Ca a l’air de rien, mais quand ont les mélange avec d’autres fleurs, ça change tout. J’adore les roses gelda aussi, je m’en sers souvent.
 
Tu travailles avec Alexander McQueen et Christopher Kane, comment ça s’est fait ?
Beaucoup de jeunes créateurs habitent dans le coin, donc ils connaissent la boutique. On se soutient mutuellement, et je pense qu’ils aiment ce côté « verdure », différent des autres fleuristes.

Quelle est la commande parfaite ?
Quand quelqu’un me donne carte blanche. Par exemple, si c’est un dîner de presse, je mélange toutes sortes de plantes et de feuillages ensemble. Quand on me demande « que du blanc » ou alors « seulement des roses », c’est un peu moins passionnant. Les mariages nous apportent pas mal de boulot, cette année on a eu un thème « terrain boisé », c’était génial !
 
Quel est l’aspect le plus difficile du métier dont les gens ne se rendent pas compte ?
Il y a beaucoup de choses à trimballer, à ranger, à nettoyer… En fait, 75% du métier correspond à du travail un peu ingrat, c’est seulement à la fin qu’on a l’opportunité d’être créatif avec les fleurs.

Et côté stress ?
Il y en a aussi,  ça demande de la réflexion, il y a de la logistique, de l’approvisionnement. Il faut avoir beaucoup de bon sens et être très débrouillard. L’année dernière, j’ai dû fournir deux mariages avec une seule semaine de préavis. Et quand les fleurs ne veulent pas s’ouvrir – comme les pivoines – c’est très angoissant. Quand j’habitais au-dessus de la boutique, je mettais les fleurs dans ma salle de bain sous une lampe et dans de l’eau chaude pour qu’elle s’ouvrent au plus vite !
 
Ton expérience dans le recrutement t’a-t-elle aidée ?
Absolument, par exemple les logiciels, la comptabilité, le relationnel… Le sens du business allié à ma passion pour la nature font bonne équipe !
 
Quel est l’aspect le plus satisfaisant dans ton métier ?
Le produit fini, sans aucun doute. Il y a tellement de compositions différentes à imaginer, c’est passionnant.  Et puis chez Grace & Thorn, j’aime donner carte blanche à mes équipes, rien que pour voir le bouquet final !

Quelle est la tenue parfaite au quotidien, et surtout pour bouger tout le temps ?
Je porte rarement des talons ces jours-ci.  Je mets plutôt des baskets, des chaussures plates et des sneakers sans lacets. Je porte toujours mes bijoux en or, et surtout, j’adore le style français, j’aime les looks androgynes avec un petit côté féminin.
 
Les adresses de Nik
DAMSON : 21 Brewer Street, W1F 0RL. Mon café préféré dans Soho.
LE RELAIS DE VENISE : 120 Marylebone Lane, W1U 2QG. Les steaks sont incroyables !
CAMPANIA : 23 Ezra St, London E2 7RH. J’y vais tous les jours, c’est un resto italien dans une vielle ferme.
CLUTCH : 4 Ravenscroft St, London E2 7QG. Pour le poulet frit…
GOODHOOD : 151 Curtain Rd, London EC2A 3QE. La boutique à ne pas rater dans le quartier.

ÇA VOUS A PLU ?

RETROUVEZ LES AUTRES ARTICLES DU JOURNAL ICI

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici.